La sécurité en escalade

Qu’on pratique l’escalade en bloc ou en voie, il faut toujours garantir sa sécurité en utilisant des matériels spécifiques que l’assureur se sert en bas. Différents systèmes existent ainsi pour l’un comme pour l’autre.

Les différents systèmes d’assurage en voie

On cite en premier le reverso, un système d’assurage polyvalent qui a fait ses preuves tout en étant à la portée de tous les budgets. Il permet d’assurer aussi bien un grimpeur en tête qu’en moulinette. En effet, disposant de deux gorges facilitant l’assurage sur deux brins, il laisse ceux-ci bien dissociés et non entremêlés.
Il y aussi le grigri, dédié également à l’assurage en tête et en moulinette, mais cette fois, uniquement sur des cordes à simple. Une certaine pratique est aussi requise pour l’utiliser afin d’assurer en tête de manière dynamique et y donner du mou.
Le huit en est un autre, faisant partie des systèmes d’assurage les plus utilisés, car permettant d’effectuer un assurage en tête de manière dynamique. On s’en sert également pour les descentes en rappel.
L’enrouleur automatique, le nouveau venu dans le secteur se fixe par contre au sommet de la voie et permet d’escalader en solo. Pour cela, il suffit au grimpeur de clipper le bout de sa sangle à son harnais d’escalade via le mousqueton à vis et grimper tout seul.
La plaquette, un autre système a des caractéristiques communes avec le huit. À l’instar des précédents, on s’en sert pour l’assurage en tête et celui en moulinette, mais aussi pour les descentes en rappel. Garantissant également un assurage dynamique, il permet à la corde de glisser facilement pour donner du mou.

La corde et les nœuds

Les cordes doivent être de type dynamique, assez élastique pour pouvoir absorber les chocs et limiter les forces d’impact sur les points d’ancrage. Elles doivent aussi disposer d’une âme de corde tressée ou câblée. En effet, cette caractéristique aide à diminuer l’effet de glissement entre l’âme et la gaine. Pour les voies d’une longueur ou de plusieurs longueurs, mais ne nécessitant pas une redescente en rappel, les cordes à simple sont conseillées quoique à manipuler avec attention en cas de réchappe. Les cordes à double ou cordes de rappel sont idéales en montagne ou en grandes voies falaise. Durant l’ascension, on n’en mousquetonne toutefois qu’un brin, notamment si les points d’assurage sont aléatoires et requirent une force de choc très basse. Quant aux cordes jumelées, elles s’utilisent seulement en grandes voies montagne. Les nœuds d’encordement les plus sécurisants sont, quant eux de trois types : le nœud en huit, le nœud de chaise et la queue de vache à la taille. (plus d’infos par ici)

La sécurité de l’escalade en bloc

N’étant effectuée que sur une petite hauteur de 3 à 5 mètres environ, l’escalade en bloc ne requiert qu’un bon crashpad pour réceptionner le grimpeur. On en distingue des minis, les plus petits et les plus légers, suivis des crashpad moyens dotés d’une surface de réception de 1, 25 m2 avec 10 à 15 cm d’épaisseur. Des maxis et des housses permettent aussi d’adoucir l’impact de la chute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *